Inoubliable Madaba

Ce soir, (dimanche 8 sept) après avoir roulé 5 heures dans la campagne jordanienne, nous venons d’arriver à Petra, et de nous installer dans notre hôtel où nous disposons d’une bonne connexion internet.

Nous trouvions Amman et ses habitants chaleureux et accueillants, ce n’était qu’un avant goût de ce qui nous attendait à Madaba. Cette petite ville du centre de la Jordanie nous a révélé bien des surprises. 

Pourtant lorsque nous sommes entrés dans la ville, nous n’étions vraiment pas très convaincus de vouloir y rester ni très confiants ; ce que nous y voyions ne nous faisait pas rêver du tout : très pauvre, délabré et assez sale.

Et puis nous nous sommes enfoncés dans le centre ville et son petit quartier piétonnier, nous nous sommes rapidement installés à l’hôtel, et sommes sortis faire un tour. 

Et là nous avons découvert des commerçants tous aussi gentils et accueillants les uns que les autres, des petites boutiques de poterie ou de mosaïques absolument magnifiques, des gens dans la rue heureux de nous demander d’où nous venions et de nous souhaiter la bienvenue en Jordanie et à Madaba. 

Nous avons rencontré par pur hasard un lieu incroyable : « Kawon : Once upon a time » : une librairie/café restaurant, tenu par les bénévoles d’une association locale, aidé par des volontaires internationaux (en ce moment une jeune designeuse française et une jeune architecte et menuisière taïwanaise). Nous sommes tombés sous leur charme et sommes allés plusieurs fois leur rendre visite. Nous avons passé un peu de temps avec eux dans leur librairie et leur patio, un lieu très ancien et résolument moderne à la fois. Ensemble nous avons discuté de la vie et des voyages, bu du thé à la menthe, du citron pressé à la menthe, et mangé local. Qaïs nous a offert du miel jordanien, Anaé a beaucoup joué avec leurs chatons. Et nous avons échangé nos adresses mail et pris rendez-vous, car nous nous reverrons !! A Taïwan : Yulin et Qais y seront en février, en même temps que nous ! Le hasard fait bien les choses. 

A 45 min de la ville, des expériences surprenantes nous attendaient. Se baigner dans des sources et sous des cascades d’eau chaude (de 40 à 65°C) saturées de potassium et de magnésium, passer l’après-midi dans une oasis de fraicheur sur la plage de Oh Beach avec ses piscines à débordement et son coucher de soleil sur la mer morte. 

Et le clou du spectacle : une incomparable baignade dans cette Mer Morte incroyable. Quand on entre dans cette eau, on a l’impression d’entrer dans un bain d’huile tellement l’eau est lourde et immobile ; pas une vague, pas un poisson ou un quelconque organisme vivant (en tout cas à vue d’œil). Seule la croute blanche et épaisse de sel qui craquelle un peu quand on y pose le pied nous accueille. On marche un peu dans l’eau, intrigué, curieux, on lève les yeux vers l’horizon et on aperçoit Israël, hallucinant !! Et puis après quelques minutes on se jette à l’eau, on se dit qu’on va s’immerger complétement. Et bien ce n’est pas possible !!!! Aussitôt qu’on lève les pieds pour tenter de barboter ou de nager un peu, tout le corps remonte à la surface, on flotte littéralement. Cette expérience de flottaison est incroyable, on sent cette force qui nous dépasse ; pivoter du dos sur le ventre en douceur est impossible, on bascule comme un culbuto (vous savez ce jouet pour bébé qu’on pousse, qui se relève tout le temps sans jamais tomber). 

Mais bon tout aussi génial que cela puisse être on ne peut guère y rester très longtemps, l’eau très très salée (on s’en doutait) picotte partout sur le corps, et surtout, elle n’est pas loin des 35°C en cette période, si bien qu’entre le soleil de plomb et la chaleur de l’eau, on a assez vite envie de sortir prendre une douche fraiche. Les bains de boue sont de rigueur, séchage au soleil et rinçage nature dans la mer. 

Nous voulions être surpris et en prendre plein les yeux, nous voilà comblés. 

Mais je ne vous ai pas assez parlé de la gentille et de l’hospitalité des gens…

C’est peut être bien cela le plus merveilleux ici. 

Sur la route, dans un coin perdu, nous nous trouvons face à des travaux et à la route barrée, il ne nous a pas fallu attendre 2 minutes sans qu’un gentil monsieur nous fasse signe de le suivre et nous guide pendant une quinzaine de km pour nous remettre sur  notre chemin. Nous ne trouvons pas l’hôtel où nous séjournons, un autre gentil monsieur nous offre son aide et son téléphone pour que nous puissions joindre l’hôtel. Et je ne vais pas toutes vous les raconter, des histoires comme celles-là nous en avons accumulées plein en une semaine. Je vous parlerai plus tard de cet accueil auquel nous avons eu droit ici à Pétra en arrivant ce soir. Nous les français, nous avons bien des leçons à tirer et des progrès a faire en terme d’accueil, d’hospitalité et de partage. 

J’adore les jordaniens

L’unique chose qui me déplait ici, c’est de voir les femmes se baigner en burqini. 

Voir, en ville, des femmes entièrement voilées ne m’a pas provoqué d’émotion particulière. J’ai l’habitude de voir des femmes voilées, voire en burqa. C’est une question de religion et de culture qui ne sont pas miennes mais que je respecte. 

Mais arriver à la piscine et voir tous ces hommes barbotant tranquillement dans leur maillot de bain, à coté de leur femme couverte du front jusqu’aux orteils, cachant tout leur corps et leurs cheveux, et se baigner avec ce maillot d’un autre monde qui doit peser une tonne ! Ca, pour la femme occidentale et française que je suis, c’est quelque chose d’assez terrible. J’ai ressenti une profonde colère et une immense peine. Je dois avouer que j’ai eu du mal à accepter, et qu’il m’a fallu du temps pour m’y faire -enfin je ne crois pas que je m’y suis faite, je me suis résignée, je ne pouvais rien faire d’autre. 

Je ne voulais pas rester, ne voulais plus me baigner, je leur en voulais. Finalement l’enthousiasme d’Anaé et d’Alex m’a convaincue de me baigner… Mais habillée s’il vous plait !!! Impossible de porter un maillot de bain à coté d’elles et sous le regard de tous ces hommes. Je me suis baignée en t-shirt et en pantalon (heureusement que je portais un pantalon en toile légère !!), et Anaé a gardé son t-shirt.

J’aurais pu, je pense, me baigner en maillot en toute sécurité, les hommes ne sont pas agressifs du tout, mais au risque de passer l’après-midi avec tous les regards braqués sur moi, et de me faire siffler plus souvent qu’à mon tour. Non merci ! Certaines femmes plus courageuses se seraient baignées en maillot, par provocation et rebellion. Elles auraient eu raison et je les aurais soutenues, mais je ne suis pas assez courageuse. Ou peut être que je suis trop chanceuse d’être européenne et pas assez solidaire de toutes les femmes. En tout cas, à ce moment-là, pour moi, me baigner en maillot eût été comme leur dire « vous n’avez rien compris à la vie et je vais vous montrer ». Indécent. Je préfère combattre par l’éducation de ma fille, qui a compris un peu plus encore ce jour là, l’importance du combat pour l’égalité des sexes. 

3 commentaires sur « Inoubliable Madaba »

  1. Magnifique récit ! Merci…
    Je pense qu’Anaé doit commencer à apprécier ce merveilleux voyage.
    Je ne sais pas, si je serais ou non restée en maillot de bain mais tout cela me dérange aussi.

    J'aime

  2. Magnifique Marie votre voyage. Je suis très heureuse que tu m aies permis d être associe a celui ci. Je vous suis avec beaucoup de plaisir et tes commentaires , Marie ,sont très intéressants.
    Il nous manque les odeurs….Je me demandais comment cela se passait a la piscine…??? et bien voila j ai la réponse. Bon vent a vous trois et plein de bisous . Françoise et Michel

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :